Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Loucheries’ Category

Oh Oh… Oh?

La vérité sur cet homme fou

Ah! Vous pensiez que cet homme est rempli de gentillesse et de bonté? Si oui… Vous êtes dans l’erreur. Car ce personnage à l’allure galante et gentille n’est rien d’autre qu’un fou, s’ayant échappé de son asile en Alaska.

Point Hope, le 23 décembre 1875 en Alaska un détenu de l’asile de Nocareabout s’échappe par une cheminer. Cette personne fût enfermée par sa communauté par son excès de folie. Nicholas Fartir déroba pour plus de 15000$ en biscuite et lait chez tout les habitant de Point Hope. Cet excentrique personnage à la barbe blanche n’entrait point par les portes et fenêtres, mais bien par la cheminer de la maison. Il entrait pendant la nuit vidant ainsi tout les biscuits et le lait de la famille. Il fallu 9 ans avant de pouvoir l’attraper, car les forces de polices n’avait pas envie de se bouger le derrière durant la nuit de Noël pour tendre un piège à un vieux fou.

Pour plus de 15 ans, Nicholas resta enfermé à Nocareabout sous haute surveillance. Il avait comme compagnon de cellule un certain Michael J. à la voix très aigue et chantant des chansons du temps des fêtes. Malheureusement, le 23 décembre 1875, un cuisinier du nom d’Harold décida de gâter le prisonnier pour sa quinzième année à l’asile. Il lui donna donc, des biscuits et du lait… Dans une poussée incroyable d’énergie dû à l’absorption de cet énorme dose de sucre, celui-ci courra jusqu’à la salle principale où était soigneusement placé un foyer… Sa rage continua pendant deux jours consécutifs et finit le 25 décembre. Personne ne sait vraiment ce qui se passa pendant ce temps. Par contre, tous les habitants eurent leurs biscuits et leurs laits vider à même le contenant.

La terreur s’installa alors dans le cœur des habitants et ceux-ci se demandèrent comment pourrait-il empêcher la perte de leur gâterie sans gâcher le réveillon de Noël. Les adultes décidèrent de laisser des biscuits et du lait au ‘’Père Noël’’ pour ne pas qu’il ne les vole. Les enfants n’avaient pas conscience de ce que leur parent fut et leur secret s’éteint avec eux. Pour ce qui en est de Nicholas, celui-ci continua sa course pendant le temps des fêtes, mangeant les biscuits et le lait laissé pour lui.

Certains disent que ceux-ci le gardent en vie, d’autres pense que Nicholas est devenu diabétique et Coca Cola inventa une nouvelle image du Père Noël. Pourtant, la nuit de Noël, les biscuits disparaissent et le lait est consomé… Par qui, par quoi et comment? Qui sait? Mais reste que Nicholas laissa une marque dans notre culture… Une marque bien louche. C’est tout pour cette semaine, je vous souhaite un joyeux Noël et que vos loucheries soient extraordinaire.

-Henri

Read Full Post »

OYEZ OYEZ!

L’auberge du Dragon Rouge

Que diriez-vous d’aller festoyez dans un endroit reculer de toute civilisation? Eh bien vous ne pouvez pas, car L’Auberge Du Dragon Rouge est établie à Montréal. Par contre les mets proposés sont plus intéressants les uns que les autres.

Pour plus de 15 ans, L’Auberge Du Dragon Rouge sert nourriture et boisson à quiconque entre en ses lieux. Un thème médiéval y est installé en permanence et les personnes y travaillant doivent être habillé avec des vêtements de cette époque et parler un vieux français oublier. Le soir, les lieux s’animent et les troubadours se mettent à chanter et à festoyer avec les clients. Ceux-ci ont un répertoire très vaste de vieille chanson ou d’hymnes médiévaux. Que cela soit pour un banquet, une soirée entre ami ou tout simplement pour relaxer, l’ambiance est à son comble et on ne peut en sortir sans y repenser.

Pour se qu’il y en est du menu, celui-ci est très vaste avec beaucoup d’imagination et des mets préparé à l’ancienne mode. Pour chaque plat, il y a un nom médiéval. Comme par exemple, des ailes de poulet se trouvent être Des Ailes de Dragonnets, un hamburger s’appelle Une Galette de Cyclope, les frites sont des Pomme Frite Saxonne. Chaque jours, le midi il y a un spécial appelé L’aubergiste Perd La Tête! qui comprend une mise en bouche, un plat principal selon l’humeur du chef et le tout accompagné d’une consommation (verre de bière, liqueur ou verre de vin). Le prix varie selon le jour de la semaine, mais il reste raisonnable et convient parfaitement à la clientèle ayant un budget plus restreint.

Lors de ma visite en ces lieux que je trouvai louche dès la première seconde, nous fûmes accueillis par une serveuse nommé Delphine. Celle-ci fût des plus charmantes même en ayant une extinction de voix. Elle garda son rôle tout au long de notre repas et puisque nous n’étions pas familier avec l’endroit, sauf Ian. Le repas fût excellent et la bière (une boréale Blonde), pour ma part, fût très bonne.

L’Auberge Du Dragon Rouge est un endroit vraiment intéressant à l’allure festive et joyeuse. Je vous recommande d’y faire votre tour pour profiter de l’originalité de ce restaurant. Au 8870 LaJeunesse à Montréal, pour s’y rendre vous pouvez prendre le métro jusqu’à Crémazie et vous y serez presque rendu. C’est tout pour cette semaine, que cet endroit puisse satisfaire votre envie de Louche. Moi, je vais aller me chercher une Galette de Cyclope, car j’ai une faim d’ogre.

-Henri

Read Full Post »

Une nuit avec les morts

«L’hiver est un éternel enfer de froid ou même le diable en personne n’oserait se manifester. L’été brûle notre peau et la vermine se propage à travers les cellules. Hommes, femmes, enfants, nous sommes tous enfermés ici. Pour notre folie, nos crimes ou parce que la justice l’a voulu. » -Prisonnier, anonyme.

Ottawa, Ontario, Canada, dans cette même ville qui est notre capitale nationale, se trouve une prison renfermant plus d’une histoire. Plusieurs meurtriers furent enfermés à l’intérieur de celle-ci et la plupart d’entre eux furent pendus devant le public. Par consensus de la population, les exécutions devinrent interdites au public pour le respect des familles. Elle fut le lieu d’emprisonnement de plusieurs détenus fameux tel que Patrick James Whelan et plusieurs autres. La Carleton County Gaol est un des lieux les plus hantés au Canada et même les personnes y travaillant ont eu plus d’une fois peur.

En 1862, la Carleton Country Gaol ouvre ses portes. Hommes et femmes furent séparés pour qu’il n’y est pas de problème. La prison avait des qualités de vie à un niveau tellement bas que même les sans-abris avaient de la chance de ne pas y être. Elle fut déclarée la prison exemplaire de son temps, car les prisonniers la détestaient. Il n’y avait presque rien à faire à l’intérieur de cette prison. Si l’un d’entre eux était chanceux, il pouvait sortir à l’extérieur pour couper du bois ou déblayer la neige. Par contre, tout le reste des prisonniers passaient leur temps à attendre dans les corridors  à attendre la nuit pour retourner à leur cellule et dormir. «Les cellules étaient petites, inconfortable, insalubre, sans chauffage, ni ventilation, ni lumière et même sans toilette.» Cet extrait est tiré du site officiel de la prison et démontre bien la qualité de vie moindre qu’avait un prisonnier habitant cette prison.

En 1972 la prison fut fermée, mais celle-ci étant un lieu propice à l’établissement d’une auberge de jeunesse. Après certaines améliorations nécessaires, dû au nombreux défaut de l’établissement, une auberge de jeunesse y fut construite. Encore de nos jours nous pouvons aller visiter et dormir à cet endroit. Il y a aussi une activité touristique appelée «The Haunted Walk» où un guide nous fait visiter la ville en nous racontant  plusieurs histoires de meurtres et de fantômes qui ont eu lieu dans la capitale. Bien sûr, la visite se rapporte à la prison, car plusieurs phénomènes paranormaux y sont survenus et ceux-ci le font même encore aujourd’hui.

L’un des plus fréquents est aussi l’un les plus terrifiants, grâce auquel, la possibilité de dormir dans le couloir de la mort fut abolie. Il y avait un spécial offert, qui était : Si vous dormez toute une nuit dans le couloir de la mort, alors votre nuit à l’auberge est gratuite. Par contre, aucune personne ne fut capable d’y dormir. À chaque fois qu’il y avait quelqu’un relevant ce défi, la personne quittait sa cellule en plein milieu de la nuit, criant de tous ses poumons. Cela réveillait toute l’auberge et le réceptionniste dut entendre à chaque fois la même histoire. La personne se réveillait sentant quelque chose assis au bout de son lit. Ouvrant les yeux et portant un regard sur celui-ci, la personne voyait le spectre d’un mort. Ce fantôme tenait dans ses mains une bible, car la dernière chose qu’un condamné reçoit avant de mourir, c’est la visite d’un prêtre afin que celui-ci soit pardonné. Cette histoire se répéta indéfiniment jusqu’à l’interdiction de chambrer au couloir de la mort.

Pour un prix raisonnable, j’ai passé une nuit à dormir à cette auberge et j’en ai eu des frissons. Les histoires sont effrayantes, mais il faut garder l’esprit ouvert. Si vous êtes sceptique à propos du surnaturel, alors ce n’est pas un lieu pour vous. Une expérience incroyable que de dormir derrière les barreaux justes de l’autre côté du couloir de la mort. Je ne pense pas que j’aurais pu vivre un aussi grand stress en étant seul, dans ma cellule, connaissant les histoires qui se sont passées à cet endroit. Le temps passa très rapidement, car plusieurs histoires nous fûmes racontés. La nourriture que nous nous sommes fait imposé était la même que l’on donnait aux prisonniers, qui étaient bien nourris malgré tout. Ce vestige des temps anciens m’a permis de me rapprocher des temps passés. Tout cela est sans parler de tout ce que l’on peut apprendre des histoires de peur.

Le grincement éternel des portes et les bruits de pas se faisant entendre dans tout le bâtiment m’empêchèrent de m’endormir sur le coup. Dans le royaume des rêves, je fus confronté à divers cauchemars en rapport avec la prison. Ce lieu aux caractéristiques ordinaires à une prison renferme une tonne de choses à découvrir. C’était mon envie louche de cette semaine et je vous laisse sur vos envies.

-Henri

Read Full Post »

La Loucherie Blanche

L’impuissance de l’idée

Fin de session, peu d’heures de sommeil, examen à chaque jour, étude, projet à remettre, projet à faire… Nous souffrons tous de cette fin de session, car oui je suis un petit cégépien.

Tout au long de ma session, je pensais pouvoir m’en sortir en n’étudiant point… J’avais tort! Eh… bel et bien que je me suis fais avertir, je n’ai pas écouté les conseils qui m’étaient donnés. Maintenant, devant vous, tout le monde, fier lecteur de mon blogue déserté, je vais vous expliquer mon syndrome de la loucherie blanche.

Perte d’idées, tête ailleurs, se sont les premiers syndromes de la loucherie blanche. Cela ressemble étrangement avec le syndrome de la page blanche, mais peut dégénéré en maladie irréversible. Les personnes à l’esprit faible, non pas les simples d’esprits, mais plutôt comme la santé. Les personnes au système immuno-intello-absurdotaire faible ont beaucoup plus de chance de souffrir éternellement de ce syndrome. Il n’y a pas de vaccin, il n’y a pas de remède et il n’y a pas de granule pour se guérir.

J’ai tenté, même en me tirant les cheveux et en m’écrasant une cigarette sur ma peau, que Dominique venait de s’allumer, de vous trouver une loucherie cette semaine. Par contre, j’ai eu la brillante idée de vous parler de mon état actuel de santé absurde. Impuissant devant cette maladie, je ne sais quoi écrire. Je ne comprends pas non plus pourquoi je me suis donné comme défi d’écrire un article sur un sujet louche par semaine. Dans tous les cas, les personnes qui me supportent le font d’une manière admirable et je les en remercie. Après plusieurs éternelles minutes à chercher comment résoudre mon problème, je me suis résolu, car j’étais le problème.

À qui de droit,  voici comment j’ai décidé de résoudre mon problème. Chaque jour je tourne sur moi-même en priant pour perdre ma raison et retrouver mon absurdité. Ensuite, je danse avec une peau d’ours jusqu’à ce que je vois des formes géométriques de couleurs. Finalement, je m’assis sur un fauteuil de couleur lilas tout en chantant «Incomplete» des «Backstreetboys». J’ai entrepris cet entraînement spécial hier et je prévois recommencer chaque jour tant que je suis sous le syndrome de la loucherie blanche.

C’est déjà tout pour cette semaine, ne laisser jamais le louche se perdre et protéger le jusqu’au bout. Ne baisser pas les bras devant le prévu et ne manger jamais du thaï avant  de chercher du louche. Très mauvaise idée… Au plaisir de vos loucheries, votre serviteur et bourreau.

-Henri

Read Full Post »

Les Jeux De Rôle Grandeur Nature

N’avez-vous jamais rêvé d’être en armure de chevalier et de combattre comme le faisaient vos aïeuls sur des champs de bataille aux proportions gigantesques? Vous pouvez, depuis un certain temps, le faire grâce à des festivals médiévaux grandeur nature.

La sueur sur le front, les cris venant du plus profond de notre être, le bruit d’une armée avançant toute ensemble sur une plaine ou en forêt et le bruit des armes retentissantes sur des boucliers à l’effigie du clan choisi. Ça! C’est une expérience incroyable que n’importe qui d’un certain âge peut vivre. Les festivals médiévaux, du genre de BiColline ou Pendragon, sont des endroits où les cellulaires n’existent pas, c’est un monde médiéval fantastique auquel les participants s’équipent avec armes et armures afin de participer au déroulement de l’histoire.

Chaque festival à son histoire, ses races, ses aventures, sa politique, son économie, le joueur lui incarne un personnage de son choix dans cet univers frénétique. Il participera à des combats pour des avancées économiques, pour plus de puissance ou tout simplement pour tuer. Le choix du personnage dépend du joueur et de ses préférences. Guerrier, mage, archer, assassin, lancier, prêtre, etc. Ce genre d’activité est peu connu du public, car seules certaines personnes y sont intéressées, pour ma part ayant participé à Pendragon, j’ai adoré mon expérience et je voudrais bien aller voir ce que BiColline offre.

Les équipements peuvent être créés ou achetés, dépendant bien sûr de votre budget. Pour environ cinq à dix dollars, vous pouvez vous créer plusieurs armes, tandis que pour une centaine de dollars vous aurez une épée… Disons que la qualité est beaucoup plus différente, mais l’important c’est ce que vous en faites. Toutes sortes d’armes peuvent être amenées, il y a bien sûr des restrictions sur les tailles, je ne crois pas qu’un bouclier de quatre mètres par cinq serait accepté. Par contre, les armures peuvent couter très cher, par exemple une armure complète peut couter près de mille dollars, ce qui en fait une dépense vraiment énorme.

Hors mis les batailles et la politique, quoi de mieux que de se reposer dans une auberge pour boire une boisson médiévale. BiColline est un festival médiéval grandeur nature pour ado-adulte. Pendragon quant à lui est pour enfant de 11 à 17ans, mais les animateurs sont tout de même plus vieux. Chaque endroit a ses bâtiments et décorations médiévaux et laisse dans l’émerveillement, avec aussi beaucoup de souvenirs, chaque personne présente. On peut dire avec admiration pour les personnes se battant même dans la pluie et dans le froid que ce ne sont pas des femmelettes, qui participent à ce genre d’activité.

Voilà pour mon article de la semaine, je vous laisse sur votre siège et votre envie de louche. Moi je suis au front et je dois tenir mon bouclier avant que les orcs ne nous prennent par surprise.

-Henri  

Read Full Post »

Les zombies dans toutes leurs splendeurs


Dans la mythologie vaudou, ces êtres surnaturels sont totalement sous le contrôle du sorcier qui les réanime. Ceux-ci sont par contre la cible de réalisateurs cinématographiques malicieux. 

Ah les petits zombis de cinéma bas de gamme… Pure foutaise! Moi je vais vous parler des vrais zombis. Vous ne pensiez tout de même pas que les zombis ont été créés par imagination d’un pauvre fou sur l’effet d’un hallucinogène quelconque. Ceux-ci sont par contre tirés de la mythologie vaudou qui est, de mon point de vue, beaucoup plus intéressante que le pauvre catholicisme que tous les « chrétins» suivent au pas. C’est par la rencontre avec des Haïtiens, lors de l’occupation américaine d’Haïti, que certains audacieux prirent ce mythe et le transformèrent en médiocrité effrayante.

La pratique du vaudou est interdite, car celle-ci priorise les dieux ou les forces invisibles dont les hommes essaient de s’approprier leur puissance ou leur bienveillance. Donc, un adepte pourrait en tirer partie facilement ou tout simplement avoir le contrôle sur les hommes, grâce à ses pouvoirs. Haïti, Brésil, Cuba et États-Unis (Louisiane), je nomme ici les précieuses communautés où il y a encore pratique de cette religion grandiose.

Le premier film réalisé sur les zombis s’appelle «I walked with a zombi» par Jacques Tourneur, ce film représente bien la culture vaudou et le sinistre qui est directement lié à cette religion. Par contre, plusieurs cinéastes ont créé des films de zombis ou l’ambiance était plus postapocalyptique que sinistre. Ceci mit alors fin à la culture vaudou représentée, mais donna naissance à beaucoup trop de films du même genre, par exemple, L’Aube des Morts,  Resident Evil, L’Emprise des Ténèbres, La nuit des morts-vivants… Ces films placent maintenant un nouvel air de rires et de joie à la vue d’un zombi au cinéma.

Après toutes ces informations à propos de mon coup de cœur de cette semaine, voici ce qu’est un vrai zombi. Houngan, prêtre vaudou, administre une drogue, poudreuse ou liquide, à sa victime qui imite les effets de la mort. Elle passe pour morte et se fait enterrer, on la laisse reposer pendant 24 heures sous terres. Déterrez-la ensuite et administrer à celle-ci l’antidote. Les effets secondaires peuvent varier, mais le résultat obtenus avec certaines incantations magiques peuvent être : perte de volonté, obéissance totale et teint de mort. L’effet n’est pas éternel et pourrait être renversé avec un antidote… Voilà ce qu’est un vrai zombi dans les termes de la religion vaudou et non pas une « guidoune » hollywoodienne en quête de cerveau.

À tous les intéressés, pardonnez-moi, car je n’ai pas trouvé la formule du poison, mais celui-ci est formé à base de trétrodoxine, qui est retrouvé dans le poisson-ballon (tétraodon). J’espère vous avoir appris quelque chose dans votre quête de louche et je vous laisse errer à vos occupations jusqu’à votre prochaine envie.

-Henri

Read Full Post »