Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Arts Visuels’ Category

SMART DESIGN MART

Ma visite dans une exposition de design ou… comment Alice se glisse dans une serrure pour se retrouver au pays des merveilles…

Par: Dominique LeBrun

Il y en a de ces places, alors que l’on se dirige vers elles, qu’on ne sait pas trop pourquoi on y va.  Le loft industriel loué à l’occasion de l’exposition Smart Design Mart était un de ces endroits.  Je me dirigeai tranquillement vers l’adresse, qui ne semblait pas vouloir se montrer.  Un vent glacial s’abattait alors sur Montréal, faisant redoubler mon sentiment de lassitude quant à ma dépense d’énergie et mon amertume quant à ma spontanéité dans mes choix de sorties.

J’atterris finalement devant un immense immeuble de ciment gris, à l’apparence beaucoup plus près d’un HLM que d’un complexe de design.  Mais bon, tant qu’à être rendue…  Je suis les indications du carton imprimé à faible budget.  Sixième étage, qu’il me dit, ce carton.  Je prends l’ascenseur, qui semble aussi sécuritaire qu’une Lada 1972 exportée à Cuba.

Me voilà au sixième niveau, essayant de trouver les toilettes.  En vain.  Mais comme j’ai en tête de ne faire qu’une brève visite, je peux plier ma vessie en deux le temps de quelques minutes.  Je mets les pieds dans la salle principale.

OUATE DE PHOQUE !

Mon expression faciale devait être celle de Garfield trouvant une pièce remplie de lasagnes.  Oui, Smart Design Mart est une exposition très undergroud, très english où les peoples se rencontrent pour être vus.  Mais je découvris que c’était également un endroit papillotant d’énergie positive et créatrice.  Un DJ à l’entrée s’évertuait sur ses disques platine.  Juste en arrière de lui, et de ses 5 verres vides (on constate le talent de la barmaid), une murale en noir et blanc était en cours.  Les artistes se relayaient pour les coups de pinceaux.  La gouache, les pinceaux, l’eau… tout traînait sur le sol en béton.  J’aurais juré être dans la Factory d’Andy Warhol, en plein centre du quartier industriel de New York.

Des dizaines de tringles hébergeaient temporairement les vêtements des designers exposants.  Les tables étaient remplies de bijoux de toutes sortes.  Des scarabées en or, des plumes de paon, des cadrans en contre-plaqué, des foulards peints à la main ou tricotées, longues de trois mètres.

Des tapis pour enfant où l’on pouvait distinguer une langue au milieu d’une bouche, des souliers vintage turquoise en fake wanna be peau de crocodile, des abat-jour en pierres tombales, des sérigraphies reprenant le style de Lichtenstein, des taies d’oreiller brodées de perles multicolores.

Il y avait de tout.  Tout.  Tout.  Tout.  T-O-U-T.  Les différents exposants, dans une ambiance très amicale où la compétition était petite dans ses culottes, parlaient ensemble, faisaient le tour des autres expositions.  L’espace de chacun étant délimité par du ruban de couleur apposé au sol, les rires invitants et sincères fusant de chaque bouche, l’absence de machine interact… toutes formalités capitalistes étaient exclues du concept Smart Design Mart.

Finalement, je revins également le lendemain.  Histoire d’être sûr de ne pas avoir été bernée par une première impression plus que renversante.  Mais non!  C’était le même univers artistique, énergisant, éclectique, resplendissant.

Je me suis dis que ça fait du bien de voir tout ça… un endroit où les gens vont pour s’amuser, pour afficher au grand jour le talent, pour émerveiller et pour faire rêver sans attendre quoi que ce soit de profitable ou de monétaire en retour.

Je me dis que ça existe encore et ça me coupe le souffle rien que d’y penser.

Publicités

Read Full Post »